La Shaner vous présente chaque mois son bulletin,  La feuille d’Horti

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

 

Premières Florimaninales de 2022 : Dimanche 9 Janvier :

Echange de plantes, bibliothèque, sa tribune avec brèves de la société, conseils et chronique horticoles, conférence « la statuaire dans les espaces verts Nantais », par J.-M. Rauphie et V. Bouchet.

Passe sanitaire et masque obligatoires.

  • Tarif 3€, sociétaires Shaner : gratuit.
  • Dimanche 9 janvier de 09h15 à 12h

La statuaire dans les espaces verts nantais

Après l’histoire mouvementée des sculptures du Jardin des Plantes, Jean-Marc Rauphie et Valérie Bouchet évoqueront le patrimoine statuaire des autres espaces verts nantais. Un héritage culturel qui, pareillement, aura connu bien des tribulations mais aussi, parfois, suscité de belles polémiques.
Dimanche 9 janvier à 10h30

Compte rendu de la conférence du 9 janvier 2022 par Valérie BOUCHET et Jean-Marc RAUPHIE

LA STATUAIRE DANS LES ESPACES VERTS NANTAIS
Tribulations et polémiques

Dans la continuité de la présentation de 2019 consacrée à la statuaire du jardin des Plantes de Nantes, cette nouvelle conférence nous emmène à la rencontre de celle d’autres espaces verts nantais et tout particulièrement des œuvres qui ont connu un destin mouvementé. Avec deux grands axes.

Le premier, intitulé « Tribulations », a débuté avec la valse des cinq fontaines Wallace que compte la ville de Nantes.

Puis, ce sont les années de l’Occupation qui ont été évoquées, où il était de bon ton pour une personnalité statufiée d’avoir combattu les Anglais pour éviter la fonte ! En témoignent notamment Jeanne d’Arc et le général Cambronne.

Cette page refermée, nous avons suivi la piste de quelques grandes voyageuses, de Nantes à Paris, de Paris à Nantes et dans Nantes intra-muros ; avec l’évocation de plusieurs grands pourvoyeurs de statues pour nos espaces verts comme l’ancien Palais du Trocadéro et la Poissonnerie de l’Ile Feydeau.

Le second axe, intitulé « Polémiques », s’est penché sur les mouvements d’opinion, parfois violents, soulevés par quelques monuments nantais.

C’est pourquoi nous avons aujourd’hui une statue de Jeanne d’Arc qui ne fut jamais inaugurée, une Fontaine de la Place Royale dont les « nudités mythologiques » ne furent point bénies et une statue de la Délivrance maintes fois mutilée. Les plaies sont aujourd’hui refermées et les trois monuments rayonnent sous le ciel nantais.

Au final, un précieux patrimoine statuaire, à savourer sans modération au fil de nos déambulations dans nos espaces verts.

Conférence du 9 janvier 2022 par Valérie BOUCHET et Jean-Marc RAUPHIE

La Délivrance, aujourd’hui, square du Maquis de Saffré (photo Bouchet-Rauphie)
26 janvier 1936 : Monsieur Durivaud, directeur du Jardin des Plantes de Nantes, s’intéresse vivement à la statue de la botanique (article de l’Intransigeant)
Statue en pied du Docteur Guépin… avant réquisition !
Article de l’hebdomadaire l’Inter du 24 février 1950

Compte rendu de la conférence du 10 octobre 2021 par Mary Fruneau

Le nom des plantes de nos jardins

Dans les jardineries, pépinières et jardins botaniques ainsi que dans les publications scientifiques le nom des plantes est en latin. Quel est l’intérêt de cet usage ?

Un bref aperçu historique montre les contributions d’Aristote, Théophraste d’Erèse, Dioscoride, Pline l’Ancien, pour la connaissance des plantes, notamment leurs propriétés médicinales. Pendant le Moyen Age il y a eu peu de progrès dans le domaine, les ouvrages des anciens sont recopiés. L’avènement de l’imprimerie facilita la diffusion des connaissances. A la Renaissance, avec la découverte du Nouveau Monde et la multiplication des expéditions, des plantes nouvelles ont été découvertes et décrites, des herbiers sont constitués. Pendant les siècles suivants les plantes exotiques qui venaient d’Asie et des Amériques connurent un grand intérêt. Au début du 18ème siècle, Sébastien VAILLANT découvre la sexualité des fleurs.

Les nouvelles connaissances rendaient alors nécessaire une classification. Dans son Systèma naturae Linné entreprit de classer l’ensemble du monde vivant. Il attribua à chaque animal et chaque végétal une manière simple et unique pour le désigner, en associant un nom de genre et d’espèce. C’est ce qu’on appelle la nomenclature binominale.

 

Le nom d’espèce est un adjectif qualificatif, appelé épithète spécifique, il donne divers renseignements sur le mode de végétation des plantes, leurs feuilles, fleurs, fructification, leur couleur, leur habitat ou origine géographique et bien d’autres indications.

Le nom de genre peut évoquer diverses choses (animal, propriété médicinale) ou être associé à un dieu, une déesse, ou un personnage antique. Il peut être dédié à un botaniste, un savant ou une célébrité liée à la botanique.

Le nom de botanistes associé à une terminaison, apparait également dans l’épithète spécifique, en reconnaissance de leur contribution à la connaissance des plantes ou à leur découverte.

Conclusion : il a été mis en évidence un triple intérêt à utiliser un nom scientifique en latin :

Le « latin de nos jardins » est une langue universelle qui permet aux botanistes et jardiniers du monde entier de désigner la même plante par un même nom.

Ce langage aide aussi les amateurs dans le choix de la plante qu’ils recherchent car son nom apporte une mine de renseignements sur sa taille, sa silhouette, son feuillage ou sa couleur, son origine et en conséquence son mode de culture.

Le nom des plantes permet aussi d’honorer les botanistes et chasseurs de plantes sans lesquels nos jardins ne seraient pas ce qu’ils sont.

 

Source :

Livre : « le latin de mon jardin » de Diane Adriaenssen


Collection de tomates anciennes de la Shaner

 

 

 

Dernièrement, le groupe de passionnés de tomates de la Shaner a procédé à la récolte des graines. Cette année, plus de 130 barquettes ont ainsi été réunies.

Après une plantation de plusieurs centaines de pieds sur un terrain agricole, un suivi attentif a eu lieu toutes les semaines de cet été, dans le but de veiller au bon état sanitaire de nos protégées.

Ce travail bénévole sera présenté à la 34e édition de la Folie des Plantes de Nantes, qui aura lieu le week-end des 4 et 5 septembre prochain, au parc du Grand Blottereau.

Une exposition colorée de notre stand numéro 48 proposera au public une centaine de variétés de tomates toutes différentes, par leur forme, couleurs ou saveurs…et égayée par des bouquets de dahlias multicolores.

Des conseils de tous ordres seront prodigués, dans un esprit de partage de savoirs coutumier à la Shaner. Les réinscriptions des sociétaires ou nouvelles adhésions, ainsi que pour les ateliers art floral ou vannerie seront recueillies à cette occasion.

 

 


La Shaner présente à la Folie des Plantes 2021

La société des horticulteurs amateurs de Nantes et région sera de nouveau présente au marché aux plantes 2021 de la Folie des plantes. Présentation de sa collection de tomates anciennes et variées, inscriptions aux ateliers art floral et vannerie, adhésions avec remise du programme annuel.

 

 


La Shaner solidaire de Nantes, paysages nourriciers…

Comme l’an passé, la société des horticulteurs de Nantes et région a tenu à répondre présent dans cette démarche humaine et solidaire.
En 2020, plusieurs centaines de plants de tomates avaient été remises au Seve de Nantes dans le but de compléter les parcelles de potagers dédiées à cette opération généreuse.

 

Dernièrement, à la demande de Nature et jardins, nouvelle appellation du Seve, et accompagnés de trois personnes de l’encadrement Bio T Full, qui animent le potager de la Prairie d’Amont, sur l’Ile de Nantes, cinq membres de la Shaner, revêtus de leur tenue, ont animé un atelier « focus sur la tomate ».

Plusieurs jardiniers, surtout jardinières, des potagers partagés voisins, ont échangé autour d’une table avec démonstration pour récolter les graines, leur conservation, réponses aux diverses questions sur la culture et l’entretien des tomates, des plantes potagères…

Des échanges fructueux assortis de conseils avisés ont eu lieu pendant deux heures et demie, dans une convivialité remarquée. Divers plants apportés par nos membres ont été offerts aux jardiniers présents, qui les ont accueillis avec joie et les ont aussitôt plantés ; des sachets de graines ont également été remis.

Quelques jardinières férues ont effectué une visite guidée des différentes parcelles du lieu, verdoyantes et bien entretenues.

Un agréable moment de partage apprécié, qui a crée des liens et demande à être reconduit.

 

 


Les vanniers dynamiques…

Les vanniers de la Shaner font partie d’un ensemble d’associations départementales reconnu pour son dynamisme, comme le souligne l’article  publié dans le numéro 36 de la revue  spécialisée  Le lien créatif « La revue qui créé du lien entre passionnés de vanneries et de tressages »

 

 

Pépinière de vanniers

 

Alors que la Covid a brisé l’élan vital de nombre d’associations de vanniers amateurs, nous vous
proposons d’aller de l’avant en regardant ce qui se passe en Loire-Atlantique, département français
qui possède le plus dense tissu associatif vannier de l’Hexagone… L’idée étant de s’inspirer de cette
dynamique locale pour relancer les besoins essentiels de rencontres…

TEXTES ET PHOTOS Claude Lirondière

 

 

LA LOIRE-ATLANTIQUE,PÉPINIÈRE D’ASSOCIATIONS

La trentaine d’associations ou de clubs pratiquant la vannerie regroupe près d’un millier d’élèves en Loire-Atlantique, un véritable engouement pour cet art ancestral.
De plus, si seulement deux vanniers professionnels exerçaient en 2007, aujourd’hui, ils sont au moins le double. Le département 44 fait preuve d’une belle vitalité ! et même des émules, comme Trémentines dans le Maine- et-Loire, qui a organisé sa première Rencontre des vanniers amateurs des Mauges au printemps 2018.

LOISIR, CRÉATIVITÉ, ÉDUCATION

Certaines associations proposent la découverte des « plantes à vannerie », ressources naturelles, leurs connaissances, leurs diverses utilisations, avec un regard sur la création artistique. Travailler la paille, l’osier, les épines, les ronces, après être allé les cueillir, c’est œuvrer avec la nature.

Le côté convivial de se retrouver au sein d’un groupe accueillant attire de nombreux élèves. Le fait de créer des objets utiles et variés, avec leurs mains et l’utilisation d’un matériel simple leur procure beaucoup de joie et une valorisation réelle.

 

 

 

DES ÉCHANGES FRUCTUEUX

Autour de réalisations atypiques, l’inspiration et les échanges féconds aboutissent à une émulation innovante et un fourmillement d’idées novatrices, dont LLC s’est déjà fait l’écho.
Pour les vanniers, cette rencontre annuelle est favorable à l’éclosion de nouvelles idées et d’améliorations techniques. Des échanges sur des outils facilitant la tâche, des façons de faire, ou tours de main, ont lieu dans une convivialité spontanée. La découverte de ce que d’autres créent est très enrichissante tout comme l’éclisseuse présentée l’an dernier, aménagée au niveau électrique. Par le passé, un premier prototype avait été conçu par Gilbert Chuniaud à Couéron.

On découvre des réalisations propres à chaque région du département, comme les bosselles ou nasses, en osier, pour la pêche en Loire, le panier nantais « papillon » en rotin, ou bien le panier de Mayun, en Brière, une robe tressée en osier, le travail raffiné du jonc…

 

 

La dernière rencontre, 17e du nom, s’est déroulée à La Bernerie en Retz, où des travaux exceptionnels attiraient le regard, tels deux pêcheries agrémentées de carrelets au crochet. 26 associations ont répondu favorablement, épaulées par 110 vanniers, qui ont vu défiler près de 2500 visiteurs. L’engouement porté à ces manifestations est tel que le calendrier à venir est garni jusqu’en 2023.

Couéron souhaiterait bien fêter ses 20 ans d’existence à cette occasion, en l’organisant. La vannerie ligérienne a encore de longues heures devant elle, surtout si on soutient sa pratique en favorisant les échanges de savoirs.

 

LA NÉCESSITÉ DE PARTAGER

La première rencontre départementale de vanniers amateurs est née de l’initiative de Gilbert Chuniaud, vannier autodidacte. Très minutieux, il animait l’activité à Couéron, ville proche de Nantes, depuis plus de vingt ans et a créé le club de la Chabossière, quartier de Couéron. Bénévole de tous les instants, connu de tous et de partout, il établissait le lien avec tous les clubs du département. Les 8 et 9 mars 2003, tout naturellement, Couéron-La Chabossière eut la primeur de ces manifestations. L’édition de 2003 fut organisée par les ateliers des centres socio-culturels Pierre Legendre et Henri Normand de Couéron, avec la collaboration des ateliers des centres René Couillaud de St-Sébastien-sur-Loire, Notre-Dame-des-Landes, le CLO d’Orvault et la Société des horticulteurs amateurs nantais. Un nombreux public surprit agréablement les organisateurs.

La deuxième rencontre fut nantaise, le long de l’Erdre, organisée par la SHANER, elle attira plus de 400 visiteurs. Depuis, toute une série de lieux postulent pour organiser cet événement incontournable et bien rôdé.

Vannerie mystère…

Cette mystérieuse et insolite vannerie a été trouvée en brocante, il y a plusieurs années.
Si on prend l’objet posé sur une table, son diamètre total est de 40 cm, sa hauteur totale de 28 cm. Il est en osier blanc.
Voici comment il semble avoir été fabriqué :
La tige de bois de 9 cm (la poignée !) qui est au-dessus est percée de 11 trous qui accueillent 11 montants d’osier. Après quelques passages de remplissage, 11 autres brins sont ajoutés.
À 10 cm de hauteur (à partir de la base de la «poignée»), un cercle d’osier de 16 cm de diamètre est placé, les montants y sont liés par de l’éclisse d’osier.
Ensuite, ils sont évasés jusqu’au cercle suivant de 28 cm de diamètre, à environ 18 cm de hauteur.
Pour la bordure, les brins sont coudés pour former les triangles et rabattus derrière un et devant 3 ou 4…
Est-ce un moule de chapeau ? Une cloche à fromage inachevée ? Une armature d’abat-jour ? Ou bien une création unique pour un costume… ? Qui peut nous éclairer ?


Les horticulteurs amateurs nantais préparent la saison estivale

Un groupe de tomatophiles passionnés de la Shaner a récemment participé à la traditionnelle mise en place de ses plants de tomates. Beaucoup d’ espèces variées, de collection sont cultivées en plein champ en vue de les présenter sur son stand à la prochaine Folie des Plantes de Nantes.

La 34ème édition de cette manifestation renommée aura lieu les 4 et 5 septembre, au parc du Grand Blottereau à Nantes. Les visiteurs devraient être comblés par la multitude de variétés, de couleurs et de nouveautés.

 

 

 


Laissez-vous conter la saga de l’équipe tomates de la Shaner.

La Folie des plantes du Grand-Blottereau est devenue un rendez-vous incontournable des « tomatophiles », où notre association Shaner se voit récompensée de sa persévérance et de son travail réparti sur toute l’année.

Sur notre stand, outre la communication sur les buts de notre association et ses activités, un présentoir montre différentes variétés de tomates. Il faut constater l’intérêt porté par nos visiteurs férus, venant parfois de loin, curieux d’en savoir plus sur ces fruits du potager.

Notre équipe de bénévoles, à leur écoute, prodigue avec plaisir conseils et astuces. Ce goût du partage de connaissances débouche sur des prises de contacts, des échanges de graines, des invitations diverses…Une implication forte : dès le mois d’août, sont récoltées, sur de beaux pieds sains, les graines qui fourniront les tomates pour l’année suivante. Après tri, séchage et stockage, elles sont ensuite mises à germer en barquettes, soigneusement étiquetées par variétés, dans un endroit à bonne température. Plus tard, le repiquage en godets individuels nécessite la mobilisation d’une dizaine de passionnés, vu les semis mis en pots l’année passée.

Une démarche pour élargir le cercle des amateurs : une partie des plants sélectionnés (variétés de collections, non présentes en jardineries) est proposée lors des salons, tels « Chloroph’iles » à St-Sébastien-sur-Loire ou bien au vide jardin de « Roche Ballue » à Bouguenais. Nous y retrouvons de fidèles amateurs de tomates avec qui nous échangeons expériences et connaissances.

Une culture suivie avec attention : en mai, vient le moment d’installer nos plants, choisis après concertation des membres de l’équipe. Sur un terrain agricole, il nous faut mettre en terre les nombreux plants, par 3 pieds, disposés en totems avec tuteurs de bambou ou métalliques, répartis en une centaine de variétés. La tâche est ardue ! Tout au long de l’été, selon un planning établi, nous nous retrouvons pour bichonner nos protégées, lors de visites régulières. Il faut biner, pincer, surveiller l’état sanitaire… Ce suivi est absolument nécessaire pour mettre toutes les chances de notre côté et obtenir de beaux fruits gorgés de soleil, riches en saveurs.

 

Cette activité « tomate » est un vecteur apprécié de notre association horticole. Nous vous invitons à nous rendre visite pour échanger sur ce légume fruit qui apporte du soleil en cuisine, sur sa culture, ses très nombreuses variétés et leurs utilisations culinaires, cette année à la Folie des Plantes, les 4 et 5 septembre prochains.


10 Janvier 2021, Nantes

Dites-le avec des fleurs, en compagnie de Danielle Poma

En 1976, Danielle découvre l’art floral, puis, formée à La Montagne, elle acquiert de solides bases. Diplômée DAFA, elle enseigne son art tout en continuant à prendre des cours de perfectionnement. Elle débute en tant qu’animatrice à Couëron en 1993 et a participé à des concours, expositions, en présentant des œuvres primées à Bouguenais, Couëron, Monaco, Paris… Elle remporte le premier prix du bouquet moderne aux Floralies Internationales de Nantes en 1994. Animatrice à la Shaner depuis 12 ans, elle partage et transmet sa passion, toujours avec enthousiasme à ses élèves, de niveaux débutants à confirmés. Dans la période actuelle de confinement, elle propose régulièrement par mail des idées de compositions florales, un lien social apprécié de tous. Intarissable sur les fleurs et les bouquets, notre animatrice maîtrise parfaitement cet art créatif, qui reste avant tout un loisir. « Si les roses ne durent que l’espace d’un matin, la passion de Danielle, elle, reste bien vivace ».

Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 11
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 10
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 8
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 7
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 6
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 5
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 4
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 3
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 2
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 12
Danlielle Poma - janvier 2021 - Shaner - 1
previous arrow
next arrow

La Shaner vous présente chaque mois son bulletin, La feuille d’Horti  (cliquez sur l’image)